LIVRAISON GRATUITE
Les 10 meilleurs conseils pour changer les habitudes des mangeurs difficiles

Les 10 meilleurs conseils pour changer les habitudes des mangeurs difficiles

de lecture - mots

Il ne fait aucun doute que l'heure des repas peut être stressante si vous avez un mangeur difficile. Il est naturel de laisser votre bébé ou votre jeune enfant explorer sa nourriture et cela peut l'encourager à manger plus varié, mais cela peut vraiment devenir un casse-tête. Et aucun parent ne veut de travail supplémentaire !

Avec moins de désordre, les parents peuvent être plus enclins à laisser leurs enfants manipuler leur nourriture, et les recherches montrent que les premières années de la vie d'un enfant peuvent être la période optimale pour établir des comportements alimentaires sains.


Comme chaque étape du développement de l’enfant, apprendre à manger est une compétence qui demande du temps et de la pratique. En tant que parents, vous pouvez faire un certain nombre de choses pour soutenir au mieux votre enfant dans son processus d'apprentissage et l'aider à établir une relation saine avec la nourriture.

 

1) Concentrez-vous sur ce que vous pouvez contr√īler


En tant que parents, nous sommes responsables de ce que nous donnons √† manger √† nos enfants et du moment o√Ļ nous le faisons. Nos enfants d√©cident de ce qu'ils mangent. Ellyn Satter appelle cela le "partage des responsabilit√©s". Cela permet d'all√©ger la pression exerc√©e sur l'heure des repas, car nous ne nous pr√©occupons plus de savoir combien notre enfant mange, mais plut√īt de lui fournir des repas nutritifs (quoi) et r√©guliers (quand). Laisser votre enfant d√©cider de la quantit√© qu'il mange est crucial pour l'aider √† apprendre √† r√©guler son propre app√©tit et √† d√©velopper des associations positives avec la nourriture et l'alimentation.


2) Servir un aliment "s√Ľr" √† chaque repas


Il s'agit d'un aliment que vous savez que votre enfant va manger (comme du riz, des fruits ou du pain). Incluez cet aliment s√Ľr et familier dans les aliments nouveaux ou moins appr√©ci√©s auxquels vous l'exposez. M√™me s'il est probable qu'il refuse l'autre aliment que vous avez mis dans l'assiette, servez-le quand m√™me (sans le forcer √† le manger).


3) Ne mettez pas de pression sur les repas


Ne forcez jamais un enfant √† manger et ne faites pas pression sur lui. Dire des choses comme "go√Ľte √ßa" ou insister pour qu'il mange "une bouch√©e de plus" est inutile et contre-productif. S'il refuse de manger, ne r√©agissez pas de mani√®re excessive et ne faites pas pression sur lui. Parfois, ils continuent de refuser parce qu'ils savent qu'ils obtiennent une r√©action. En arr√™tant de faire pression, de marchander ou de r√©agir de mani√®re excessive √† un refus de nourriture, nous √©liminons la lutte de pouvoir, nous gardons les repas d√©tendus et, avec le temps, vous verrez votre enfant essayer plus de choses volontairement que si vous l'aviez pouss√© !

 

4) Ne préparez pas de repas de remplacement


Si votre enfant sait que s'il refuse le d√ģner et qu'il peut avoir le go√Ľter qu'il veut 10 minutes plus tard, il continuera √† le faire... De nombreux parents tombent dans ce pi√®ge et deviennent un restaurant avec un menu d'options sans fin ! Faites-lui plut√īt savoir ce qui est propos√© pour le d√ģner ce soir-l√† et n'offrez pas d'alternatives s'il refuse. Rappelez-vous que si vous avez inclus un aliment s√Ľr dans le repas, vous savez qu'il mangera s'il a faim. S'il ne mange rien, ce n'est pas grave non plus. Cela ne se passera peut-√™tre pas sans heurts les premi√®res fois, mais si vous restez ferme dans cette approche, ils comprendront tr√®s vite que la cuisine est ferm√©e et s'adapteront au programme.


5) Mangez ensemble autant que possible


En mati√®re d'√©ducation, les enfants apprennent davantage de ce qu'ils voient faire que de ce qu'ils entendent dire. La meilleure fa√ßon d'encourager un mangeur difficile √† essayer de nouveaux aliments est de le voir en train de les manger. Les repas en famille sont l'occasion de donner l'exemple d'une alimentation saine et de la d√©gustation d'un large √©ventail d'aliments. Une √©tude men√©e au Royaume-Uni aupr√®s d'enfants √Ęg√©s de 2 √† 5 ans a r√©v√©l√© que le fait de manger les m√™mes aliments que leurs parents √©tait le meilleur indicateur de la consommation de l√©gumes chez les enfants en bas-√Ęge.¬†


6) Exposez les enfants à de nouveaux aliments 


Souvent, les parents ne proposent un nouvel aliment qu'une poign√©e de fois avant de d√©cider rapidement que leur enfant n'aime pas cet aliment et de l'exclure des futurs repas. Les chercheurs ont constat√© que les enfants en bas-√Ęge ont besoin d'√™tre expos√©s jusqu'√† 15 fois √† un nouvel aliment avant de lui faire "confiance" et m√™me de le go√Ľter. Ne rejetez donc pas un aliment parce qu'il l'a refus√© la premi√®re fois (ou la dixi√®me fois) ! Gardez-le dans votre r√©pertoire.


7) Acceptez le désordre


S'occuper de nos enfants pendant qu'ils mangent peut conduire √† des mangeurs difficiles ! Dans quelle mesure appr√©cierez-vous les repas si quelqu'un essuyait votre visage lorsque vous renversez quelque chose, corrigeait la fa√ßon dont vous utilisez votre cuill√®re ou s'inqui√©tait du d√©sordre que vous faites. Cela n'a pas l'air tr√®s amusant, n'est-ce pas ? Au contraire, laisser nos enfants faire des d√©g√Ęts pendant qu'ils apprennent √† se nourrir eux-m√™mes est essentiel pour √©tablir des associations positives avec la nourriture et l'alimentation. L'utilisation d'un collecteur d'aliments aide les parents √† accepter le d√©sordre sans se pr√©occuper du nettoyage ou de la nourriture gaspill√©e !

 

8) Rendez la nourriture amusante


De nombreux enfants qui mangent mal sont très sensibles aux différentes textures et peuvent être réticents à toucher et à essayer de nouveaux aliments. Les jeux salissants (en dehors des repas) avec la nourriture les aident à s'habituer à de nouvelles textures. Le fait de manipuler et de toucher de nouveaux aliments sans pression pour les manger aidera votre enfant à se familiariser avec de nouveaux aliments, à s'habituer à des textures différentes et à être plus enclin à les essayer à l'avenir. Laissez-le participer à la préparation et à la cuisson des aliments, faites des jeux sensoriels avec des aliments de textures différentes et présentez les aliments de manière ludique dans son assiette.


9) Gardez une routine


Assurez-vous que vous les nourrissez au mieux de leurs capacités. Les tout-petits ne mangent pas bien s'ils ont trop faim ou s'ils sont trop fatigués. Essayez de maintenir une routine quotidienne de 3 repas et de 2 ou 3 collations en fonction du rythme de sommeil de votre enfant, au lieu de grignoter sans cesse pendant la journée.


10) Ne vous sentez pas coupable


Il y aura des jours o√Ļ nos enfants mangeront √† peine ou nous perdrons notre calme. Ce n'est pas grave ! Tout comme nos enfants apprennent, nous, les parents, apprenons aussi. Peut-√™tre qu'ils n'ont mang√© aujourd'hui que des nuggets et des frites et qu'il n'y avait pas un seul l√©gume en vue. Ce n'est pas grave non plus ! Saviez-vous que le corps d'un enfant absorbe les nutriments sur une p√©riode d'une √† deux semaines ?! Alors, ne vous mettez pas la pression (et ne la mettez pas √† eux) et visez la vari√©t√© et l'√©quilibre au cours de la semaine plut√īt qu'une assiette parfaitement √©quilibr√©e √† chaque repas !

 

accords vestimentaires

 

 


Recevez nos articles dans votre boite email.